L’ANDès propose à l’État d’attirer les docteurs vers une haute fonction publique diversifiée et innovante face aux enjeux de demain

La réforme de la haute fonction publique voulue par le président de la République et confiée à Frédéric Thiriez constitue une occasion de rendre l’administration de l’État plus moderne, plus attractive et plus diversifiée en attirant en son sein les titulaires du diplôme national de doctorat.

 

Les docteurs, une réponse aux besoins de la haute fonction publique

Afin d’anticiper les grands enjeux des politiques publiques et de répondre aux problèmes complexes d’administration de l’État, la haute fonction publique exprime des besoins en compétences qui coïncident avec celles développées pendant le doctorat pour développer des solutions innovantes. Par ailleurs, le vivier des docteurs possède les qualités recherchées par la haute fonction publique et évoquées par les représentants de l’État : diversité sociale et culturelle, féminisation et ouverture à l’international.

 

Une administration qui se prive des talents des docteurs

Ce constat a conduit le législateur à prévoir, par le passé, des dispositifs spécifiques de recrutement de docteurs dans la haute fonction publique. Les évolutions majeures apportées par la loi du 22 juillet 2013 n’ont toutefois été appliquées que timidement et partiellement. En particulier, le rapport annuel au parlement prévu par l’article 79 de cette loi n’a à ce jour jamais été réalisé et publié. L’ANDès demande que sa rédaction, tout comme la mise à jour annuelle d’un recensement public des corps prévoyant des dispositifs d’ouverture aux docteurs, soit confiée au futur grand corps de l’IGÉSR, Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche.

 

Intégrer au mieux les docteurs dans la fonction publique de demain

La volonté du président de la République de mettre en place un tronc commun de formation, destiné aux hauts fonctionnaires recrutés à la fois dans les corps administratifs et techniques, rejoint une proposition émise par l’ANDès dans son rapport sur la haute fonction publique de 2008.

L’ANDès souhaite donc rencontrer Frédéric Thiriez afin d’échanger sur la prise en compte de l’expérience professionnelle de recherche dans la mise en place de voies d’accès spécifiques aux docteurs et des modalités de recrutement attractives, pour une haute fonction publique à vocation d’excellence.

 

Le communiqué de presse et son dossier de presse au format PDF : L’ANDès propose à l’État d’attirer les docteurs vers une haute fonction publique diversifiée et innovante face aux enjeux de demain.

Représentation au CNESER : le doctorat identifié comme grand intérêt national

Le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) a été installé mardi 17 septembre 2019 par Dr Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Deux sièges ont été attribués par la ministre à des personnalités qualifiées de l’Association Nationale des Docteurs (ANDès) et du Réseau National de Collèges Doctoraux, pour représenter spécifiquement un grand intérêt national : le doctorat.

 

Un signal positif envoyé aux acteurs du doctorat et de l’ESR
À la croisée de l’enseignement supérieur et de la recherche, le diplôme national de doctorat atteste de la réalisation d’une expérience professionnelle de recherche. Les docteurs ont l’opportunité d’irriguer l’ensemble des secteurs d’activité et des acteurs publics et privés. L’État et la communauté de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) ont la responsabilité de favoriser la reconnaissance du doctorat par la société : il en va de l’attractivité de l’ESR et d’une vision de l’avenir qui repose sur la connaissance.

L’ANDès se félicite de l’intérêt porté par la ministre et ses services aux problématiques liées à la qualité et à la reconnaissance du doctorat. Cette double nomination au CNESER, pour une durée de quatre ans, démontre la volonté de renforcer l’intégration de ces problématiques spécifiques dans les réformes actuelles et à venir. Il s’agit de favoriser leur prise en compte dans la définition et le suivi des stratégies nationale et européenne en matière d’ESR, ainsi qu’à leur mise en œuvre opérationnelle, en lien avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

 

Une expertise du doctorat au service des acteurs de l’ESR et des pouvoirs publics
Afin de co-construire et alimenter les réflexions relatives au doctorat, l’ANDès entend intensifier les liens avec et entre les acteurs de l’écosystème du doctorat, de l’ESR et au-delà, représentés ou non au CNESER. L’ANDès souhaite contribuer à positionner le doctorat et la recherche dans les réflexions et travaux des différents ministères et du gouvernement.

L’actualité nationale de l’année à venir s’annonce riche, autour de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche1 et de son financement, dans un paysage de l’ESR en évolution continue, avec une attention particulière à porter sur l’avenir de l’emploi scientifique.

 

Le communiqué de presse au format PDF : Représentation au CNESER : le doctorat identifié comme grand intérêt national.

 

Afterwork de la CFD Paris le 11 septembre 2019

Le prochain « afterwork » de l’antenne francilienne de la Communauté Française des Docteurs aura lieu mercredi 11 septembre 2019 à partir de 19h00 au Sous-Bock, 49 rue Saint-Honoré 75001 Paris.

Pour participer à cette soirée, nous vous invitons à vous inscrire sur le formulaire suivant : formulaire d’inscription.