Articles

Le 20 octobre 2021 aura lieu la « Journée nationale du doctorat » organisée à l’Université Paris-Saclay par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). Lors de cette journée, destinée principalement aux directions d’écoles doctorales, directions de collèges doctoraux, présidences et vice-présidences d’établissements, représentants des conférences et des associations de docteurs, Godefroy Leménager, président de l’ANDès participera à une table ronde sur le thème « Les évolutions récentes répondent-elles aux enjeux d’attractivité du doctorat ? ».

Information et programme détaillé :

https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid159481/journee-nationale-du-doctorat-le-20-octobre-2021.html

L’Association Nationale des Docteurs, suite au renouvellement du tiers des membres de son conseil d’administration et au renouvellement de son bureau fin juin 2021, exprime ses objectifs prioritaires pour l’année 2021-2022.  

Objectifs prioritaires de l’année 2021-2022

  • Convaincre, à l’occasion de l’élection présidentielle et dans le contexte de la mise en œuvre de la loi de programmation de la recherche, de la plus-value des docteurs dans le secteur privé comme dans les fonctions publiques.
  • Accompagner l’évolution des corps des fonctions publiques, dans le prolongement des propositions portées pour la haute fonction publique, pour une meilleure prise en compte du doctorat.
  • Développer les réflexions sur la validation des compétences développées durant le doctorat, reconnues lors de l’inscription du doctorat au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), pour favoriser l’employabilité des docteurs.
  • Poursuivre la représentation au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) pour promouvoir la qualité du doctorat et porter la voix des docteurs.
  • Contribuer au développement des réseaux de docteurs autour de la Communauté Française des Docteurs afin de dynamiser la visibilité du doctorat par l’ensemble de la société.
  • Contribuer à l’amélioration de l’accueil en France des chercheurs internationaux, en s’appuyant notamment sur le Passeport Docteur et les bonnes pratiques du Guide du Doctorat.

Bureau renouvelé

L’ANDès a renouvelé en juin 2021 son bureau composé de docteurs issus de disciplines variées et exerçant des activités dans divers secteurs professionnels.

A été élu président, Godefroy Leménager, docteur en physique depuis 2012 et actuellement chef de projets.

Ont été élues vice-présidentes, Stéphanie Danaux, docteure en histoire de l’art depuis 2007 et actuellement actuellement responsable de bureau – Vie étudiante et Linda Lahleh, docteure en droit depuis 2018 et actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche.

A été élue trésorière, Émilie Tourneur, docteure en physiologie et physiopathologie depuis 2012 et actuellement adjointe au responsable du bureau des formations. A été élue trésorière adjointe, Louise Lassalle, docteure en biophysique depuis 2014 et actuellement cheffe de projet.

A été élue secrétaire générale, Sandra Touati, docteure en biologie moléculaire et cellulaire depuis 2014 et actuellement chargée de recherche. A été élu secrétaire général adjoint, Clément Courvoisier, docteur en physique depuis 2016 et actuellement responsable de projets transverses.

Le communiqué de presse au format PDF : Objectifs prioritaires de l’année 2021-2022 pour valoriser le doctorat.

 

L’Association Nationale des Docteurs (ANDès) apporte son soutien au maintien en l’état de la passerelle d’accès au barreau pour les docteurs en droit (dispense d’examen d’entrée aux centres régionaux de formation professionnelle d’avocats). Cette passerelle permet de valoriser dans la profession d’avocat l’expérience unique et approfondie en droit développée pendant le doctorat et de diffuser les compétences des docteurs dans la société.

L’ANDès, comme l’Association Française des Docteurs en Droit (AFDD), exprime son désaccord avec la proposition posée dans le rapport Clavel/Haeri de conditionner cette voie d’accès à dispenser “soixante (60) heures d’enseignement en droit, effectuées en deux ans maximum et de manière successive, au sein d’un établissement dont dépend l’école doctorale auprès de laquelle le docteur a effectué sa thèse”.

Lire le communiqué de presse

L’Association Nationale des Docteurs a appris avec stupeur les propos tenus par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, concernant le lancement d’une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’université (propos tenus sur Cnews le 14 février et confirmé à l’Assemblée Nationale le 16 février). Cette étude voulue comme scientifique aurait pour but de définir « ce qui relève de la recherche et du militantisme » dans le monde académique. Une méfiance portée vers la recherche universitaire française qui ne peut que nous inquiéter après, déjà, une récente tentative, lors du passage au Sénat de la Loi de Programmation de la Recherche, d’ajouter un amendement voulant subordonner les chercheurs au respect de « valeurs de la République » nullement définies dans la loi.

L’Association Nationale des Docteurs rappelle que l’indépendance de la recherche est un de ses fondements et que toute tentative de contrôle par le pouvoir politique est extrêmement préoccupante. Elle condamne vivement toute tentative d’instrumentalisation de la science.

Lire le communiqué de presse

Le 22 octobre 1970, par une déclaration à la préfecture de police, l’« Association nationale des docteurs ès sciences » naît à l’initiative de Dr Pierre Aigrain (qui sera Secrétaire d’État à la Recherche, membre de l’Académie des sciences), présidée par Dr Ivan Peychès (membre de l’Académie des sciences). Son but affirmé était de « regrouper et représenter la collectivité des docteurs ès sciences, notamment pour favoriser la mobilité des hommes et des idées entre l’Université et les entreprises ». Elle sera ensuite présidée à plusieurs reprises par Dr Guy Ourisson (président de l’Académie des sciences). En 1975, elle sera reconnue d’utilité publique.

Que de chemin parcouru en 50 ans ! Désormais, l’ANDès, l’association nationale des docteurs, est ouverte aux titulaires du diplôme national de doctorat, de toutes disciplines, quel que soit leur âge, leur statut professionnel, qu’ils résident en France ou à l’étranger.

Dans le monde complexe et compétitif qui est le nôtre, la France et l’Europe ont besoin de se doter de talents capables d’anticiper et de traiter les grands enjeux de nos sociétés, afin de conserver la maîtrise de leur avenir. Qu’il s’agisse par exemple du changement climatique, de l’accès aux ressources, des flux migratoires, de l’intelligence artificielle ou de la lutte contre les pandémies, ces défis présentent de multiples facettes : scientifiques, économiques, sociales, éthiques ou encore géopolitiques. Professionnels de la recherche, habitués à travailler sur des problèmes complexes et à mobiliser des réseaux d’experts par-delà les frontières géographiques et disciplinaires, les docteurs disposent du potentiel nécessaire pour les aborder et répondre au besoin croissant d’innovation, dans les secteurs public comme privé.

Au cours des années, l’ANDès et son réseau ont partagé du vécu, des idées et leur motivation pour une meilleure promotion du doctorat dans la société. Forte de son expertise sur le doctorat et la recherche, l’association s’est ainsi positionnée en particulier sur la recherche doctorale, la gestion des ressources humaines de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), le fonctionnement de l’ESR, la représentation des chercheurs, les compétences et la poursuite de carrière des docteurs, la reconnaissance du doctorat dans les secteurs public hors académique et privé, le crédit d’impôt recherche, les interactions recherche et société ou encore les aspects internationaux de la recherche. Elle participe notamment aux réflexions conduisant aux évolutions réglementaires comme législatives.

L’ANDès, au service de la communauté des docteurs, a également proposé de nombreux événements et ressources au cours des dernières décennies, seule ou avec ses partenaires. Entre 2002 et 2012, les matinées de l’ANDès ponctuent régulièrement l’actualité. En 2005, l’ANDès passe en version numérique son célèbre Guide des financements1 proposés aux chercheurs doctorants ou docteurs. En 2012, elle co-organise un Colloque national avec les candidats à l’élection présidentielle. En 2013, 2015 et 2018, elle organise des Journées de la Communauté Française des Docteurs2. En 2016 et 2018, elle co-organise les Workshops sur l’Encadrement Doctoral3. En 2019, l’ANDès fait paraître le Guide du Doctorat4, référence des bonnes pratiques du doctorat puis en 2020, le Passeport Docteur5, guide pratique pour l’après doctorat.

Résolument tournée vers l’avenir, l’ANDès convie à ses 50 ans, le 22 octobre 2020, l’ensemble des femmes et des hommes qui souhaitent échanger autour du thème « Docteurs et Société ».

L’Association Nationale des Docteurs (ANDès) a 50 ans !
Webiversaire en format table ronde
22 octobre 2020
« Docteurs et Société »
Informations et inscription : https://andes.asso.fr/50ans/

Le communiqué de presse au format PDF : L’Association Nationale des Docteurs (ANDès) a 50 ans.

L’Association Nationale des Docteurs, suite au renouvellement du tiers des membres de son conseil d’administration et au renouvellement de son bureau fin juin 2020, exprime ses objectifs prioritaires pour l’année 2021-2021.  

Objectifs prioritaires de l’année 2020-2021

  • Accompagner le processus législatif et réglementaire lié à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), dans l’objectif d’une recherche publique attractive et de la valorisation du doctorat.
  • Étoffer les réflexions sur la reconnaissance des compétences issues de l’expérience doctorale, suite à l’inscription du doctorat au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), pour favoriser l’employabilité des docteurs.
  • Poursuivre la veille sur l’évolution des corps des fonctions publiques, dans le prolongement des propositions portées pour la haute fonction publique.
  • Co-construire et alimenter les réflexions relatives au doctorat en portant la voix des docteurs par une représentation au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER).
  • Dynamiser la visibilité du doctorat par l’ensemble de la société, ainsi que sa promotion, en réunissant la Communauté Française des Docteurs autour du cinquantenaire de l’Association Nationale des Docteurs.
  • Diffuser le Guide du Doctorat et le Passeport Docteur comme des outils mis à disposition des docteurs et des acteurs du doctorat pour l’amélioration de la qualité du processus doctoral et l’emploi des titulaires du diplôme de doctorat dans toutes les sphères professionnelles.

Bureau renouvelé

L’ANDès a renouvelé en juin 2020 son bureau composé de docteurs issus de disciplines variées et exerçant des activités dans divers secteurs professionnels.

A été élu président, Godefroy Leménager, docteur en physique depuis 2012 et actuellement chef de projets.

Ont été élus vice-présidents, Clément Courvoisier, docteur en physique depuis 2016 et actuellement responsable de projets transverses ; Stéphanie Danaux, docteure en histoire de l’art depuis 2007 et actuellement cheffe de projets.

A été élue trésorière, Émilie Tourneur, docteure en physiologie et physiopathologie depuis 2012 et actuellement adjointe au responsable du bureau des formations. A été élu trésorier adjoint, Simon Thierry, docteur en informatique depuis 2010 et co-fondateur d’une société de conseil et de formation.

A été élue secrétaire générale, Sandra Touati, docteure en biologie moléculaire et cellulaire depuis 2014 et actuellement chargée de recherche. A été élue secrétaire générale adjointe, Juliette Guérin, docteure en chimie depuis 2013 et actuellement chargée du partenariat et de la valorisation de la recherche.

 

Le communiqué de presse au format PDF : Objectifs prioritaires de l’année 2020-2021 pour valoriser le doctorat.

L’Association Nationale des Docteurs, ANDès, se réjouit que le rapport de la Mission Haute Fonction Publique remis au Premier ministre par Frédéric Thiriez évoque plusieurs pistes valorisant le doctorat comme un moyen de contribuer à la réforme du plus haut niveau de l’administration de l’État, en résonance avec des propositions portées par l’association. L’ANDès alerte toutefois sur des propositions relatives à la préparation de diplômes se comparant au doctorat, mais sans réalisation d’un travail de recherche. De plus l’association s’interroge sur le manque d’ambition affiché en termes quantitatifs pour l’ouverture de la haute fonction publique aux docteurs.

Pour une acculturation des hauts fonctionnaires à la recherche
Vers une fonction publique plus accueillante pour les docteurs

Lire le communiqué de presse.

L’Association Nationale des Docteurs (ANDès) annonce la parution du Passeport Docteur, guide pratique pour l’après doctorat. Cet ensemble contient 4 fiches « Carrières », 3 fiches « Repères » et 6 fiches « Outils ». Il s’adresse aux titulaires du doctorat ou aux personnes sur le point de l’être qui se questionnent sur leur avenir professionnel. Les acteurs du doctorat sont invités à faire connaître largement le Passeport Docteur.

Lire le communiqué de presse.

Découvrir la page web dédiée.

La réforme de la haute fonction publique voulue par le président de la République et confiée à Frédéric Thiriez constitue une occasion de rendre l’administration de l’État plus moderne, plus attractive et plus diversifiée en attirant en son sein les titulaires du diplôme national de doctorat.

 

Les docteurs, une réponse aux besoins de la haute fonction publique

Afin d’anticiper les grands enjeux des politiques publiques et de répondre aux problèmes complexes d’administration de l’État, la haute fonction publique exprime des besoins en compétences qui coïncident avec celles développées pendant le doctorat pour développer des solutions innovantes. Par ailleurs, le vivier des docteurs possède les qualités recherchées par la haute fonction publique et évoquées par les représentants de l’État : diversité sociale et culturelle, féminisation et ouverture à l’international.

 

Une administration qui se prive des talents des docteurs

Ce constat a conduit le législateur à prévoir, par le passé, des dispositifs spécifiques de recrutement de docteurs dans la haute fonction publique. Les évolutions majeures apportées par la loi du 22 juillet 2013 n’ont toutefois été appliquées que timidement et partiellement. En particulier, le rapport annuel au parlement prévu par l’article 79 de cette loi n’a à ce jour jamais été réalisé et publié. L’ANDès demande que sa rédaction, tout comme la mise à jour annuelle d’un recensement public des corps prévoyant des dispositifs d’ouverture aux docteurs, soit confiée au futur grand corps de l’IGÉSR, Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche.

 

Intégrer au mieux les docteurs dans la fonction publique de demain

La volonté du président de la République de mettre en place un tronc commun de formation, destiné aux hauts fonctionnaires recrutés à la fois dans les corps administratifs et techniques, rejoint une proposition émise par l’ANDès dans son rapport sur la haute fonction publique de 2008.

L’ANDès souhaite donc rencontrer Frédéric Thiriez afin d’échanger sur la prise en compte de l’expérience professionnelle de recherche dans la mise en place de voies d’accès spécifiques aux docteurs et des modalités de recrutement attractives, pour une haute fonction publique à vocation d’excellence.

 

Le communiqué de presse et son dossier de presse au format PDF : L’ANDès propose à l’État d’attirer les docteurs vers une haute fonction publique diversifiée et innovante face aux enjeux de demain.

Le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) a été installé mardi 17 septembre 2019 par Dr Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Deux sièges ont été attribués par la ministre à des personnalités qualifiées de l’Association Nationale des Docteurs (ANDès) et du Réseau National de Collèges Doctoraux, pour représenter spécifiquement un grand intérêt national : le doctorat.

 

Un signal positif envoyé aux acteurs du doctorat et de l’ESR
À la croisée de l’enseignement supérieur et de la recherche, le diplôme national de doctorat atteste de la réalisation d’une expérience professionnelle de recherche. Les docteurs ont l’opportunité d’irriguer l’ensemble des secteurs d’activité et des acteurs publics et privés. L’État et la communauté de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) ont la responsabilité de favoriser la reconnaissance du doctorat par la société : il en va de l’attractivité de l’ESR et d’une vision de l’avenir qui repose sur la connaissance.

L’ANDès se félicite de l’intérêt porté par la ministre et ses services aux problématiques liées à la qualité et à la reconnaissance du doctorat. Cette double nomination au CNESER, pour une durée de quatre ans, démontre la volonté de renforcer l’intégration de ces problématiques spécifiques dans les réformes actuelles et à venir. Il s’agit de favoriser leur prise en compte dans la définition et le suivi des stratégies nationale et européenne en matière d’ESR, ainsi qu’à leur mise en œuvre opérationnelle, en lien avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

 

Une expertise du doctorat au service des acteurs de l’ESR et des pouvoirs publics
Afin de co-construire et alimenter les réflexions relatives au doctorat, l’ANDès entend intensifier les liens avec et entre les acteurs de l’écosystème du doctorat, de l’ESR et au-delà, représentés ou non au CNESER. L’ANDès souhaite contribuer à positionner le doctorat et la recherche dans les réflexions et travaux des différents ministères et du gouvernement.

L’actualité nationale de l’année à venir s’annonce riche, autour de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche et de son financement, dans un paysage de l’ESR en évolution continue, avec une attention particulière à porter sur l’avenir de l’emploi scientifique.

 

Le communiqué de presse au format PDF : Représentation au CNESER : le doctorat identifié comme grand intérêt national.